Communovirus (English and French text)

 

An Indian friend of mine tells me that back home they talk about the ‘communovirus’. How could we not have thought of that already? It’s so obvious! And what an admirable and complete ambivalence: a virus coming from communism, a virus that communizes us. That is much more fertile than the derisory ‘corona’, which evokes old monarchical or imperial histories. And ‘communo’ is good for dethroning ‘corona’, if not decapitating it.

This is what it seems to be doing in its first meaning, since it comes from the largest country in the world whose regime is officially communist. It is not just officially so: as President Xi Jinping has said, its management of the viral epidemic demonstrates the superiority of the ‘socialist system with Chinese characteristics’. Though communism consists essentially in the abolition of private property, Chinese communism has consisted, for many years now, in a careful combination of collective (or state) property and private property (apart from land ownership). [1]

As we know, this combination has led to remarkable growth in China’s economic and technical capacities and its global role. It is still too soon to know how to designate the society produced by this combination: in what sense is it communist and in what sense has it introduced the virus of individual competition, even its ultraliberal extreme? For the time being, the Covid-19 virus has enabled China to demonstrate the effectiveness of the collective and state aspect of its system. This effectiveness has proved itself to the point that China is now coming to the aid of Italy and France.

Of course, there is no shortage of comments on the enhanced authoritarian power that the Chinese state is currently enjoying. In fact, it is just as if the virus appeared at the right time to shore up official communism. What is irksome is that in this way the meaning of the word ‘communism’ gets ever more blurred – and it was already uncertain.

Marx wrote very precisely that private property had meant the disappearance of collective property, and that both would be replaced in due course by what he called ‘individual property’. By this he did not mean goods owned individually (i.e. private property), but the possibility for individuals to become properly themselves. One could say: to realize themselves. Marx did not have the time or means to take this line of thought further. But we can at least recognize that it already opens up a convincing – if very indeterminate – perspective on a ‘communist’ proposal. ‘To realize oneself’ does not mean acquiring material or symbolic goods: it means becoming real, effective, existing in a unique way.

We need then to dwell on the second meaning of ‘communovirus’. In fact, the virus actually does communize us. It essentially puts us on a basis of equality, bringing us together in the need to make a common stand. That this has to involve the isolation of each of us is simply a paradoxical way of experiencing our community. We can only be unique together. This is what makes for our most intimate community: the shared sense of our uniquenesses.

Today, and in every way, we are reminded of our togetherness, interdependence and solidarity. Testimonies and initiatives in this sense are coming from all sides. If we add to this the decline in air pollution due to the reduction of transport and industry, some people already anticipate with delight the overthrow of techno-capitalism. We should not scoff at this fragile euphoria, rather ask ourselves how far we can better understand the nature of our community.

Solidarity is called for and activated on a large scale, but the overall media landscape is dominated by the expectation of state welfare – which Emmanuel Macron took the opportunity to celebrate. Instead of confining ourselves, we feel confined primarily by force, even if for the sake of our own welfare. We experience isolation as a deprivation, even when it is a protection.

In a way, this is an excellent catch-up session: it is true that we are not solitary animals. It is true that we need to meet up, have a drink and visit. Besides, the sudden rise in phone calls, emails and other social flows shows a pressing need, a fear of losing contact.

Does this mean we are in a better position to reflect on this community? The problem is that the virus is still its main representative; that between the surveillance model and the welfare model, only the virus remains as a common property.

If this is the case, we will make no progress in understanding what transcending both collective and private property could mean. That is to say, transcending both property in general and what it designates in terms of the possession of an object by a subject. The characteristic of the ‘individual’, to speak as Marx did, is to be incomparable, incommensurable and unassimilable – even to themselves. It is not to possess ‘goods’. It is to be a unique, exclusive possibility of realization, whose exclusive uniqueness is realized, by definition, only between all and with all – also against all or in spite of all, but always in relation and exchange (communication). This is a ‘value’ that is neither one of the general equivalent (money) nor, therefore, one of an extorted ‘surplus-value’, but a value that cannot be measured in any way.

Are we capable of thinking in such a difficult – and even dizzying – fashion? It is good that the ‘communovirus’ forces us to ask ourselves this question. For it is only on this condition that it is worthwhile, in the end, working to eliminate it. Otherwise we will end up back at the starting point. We will be relieved, but should be prepared for other pandemics.

[1] The published text has here ‘individual property’, which seems accidental in view of the author’s use of the term below [Translator].

Translated by David Fernbach

_________

Un ami indien m’apprend que chez lui on parle de «communovirus». Comment ne pas l’avoir déjà pensé ? C’est l’évidence même ! Et quelle admirable et totale ambivalence : le virus qui vient du communisme, le virus qui nous communise. Voilà qui est beaucoup plus fécond que le dérisoire corona qui évoque de vieilles histoires monarchiques ou impériales. D’ailleurs c’est à détrôner, sinon décapiter le corona que doit s’employer le communo.

C’est bien ce qu’il semble faire selon sa première acception puisqu’en effet il provient du plus grand pays du monde dont le régime est officiellement communiste. Il ne l’est pas seulement à titre officiel : comme l’a déclaré le président Xi Jinping, la gestion de l’épidémie virale démontre la supériorité du «système socialiste à caractéristiques chinoises». Si le communisme, en effet, consiste essentiellement dans l’abolition de la propriété privée, le communisme chinois consiste – depuis une douzaine d’années – dans une soigneuse combinaison de la propriété collective (ou d’Etat) et de la propriété individuelle (dont est toutefois exclue la propriété de la terre). Cette combinaison a permis comme on le sait une croissance remarquable des capacités économiques et techniques de la Chine ainsi que de son rôle mondial. Il est encore trop tôt pour savoir comment désigner la société produite par cette combinaison : en quel sens est-elle communiste et en quel sens a-t-elle introduit en elle le virus de la compétition individuelle, voire de sa surenchère ultralibérale ? Pour le moment, le virus Covid-19 lui a permis de montrer l’efficacité de l’aspect collectif et étatique du système. Cette efficacité s’est même si bien affirmée que la Chine vient en aide à l’Italie, puis à la France.

On ne manque pas bien sûr d’épiloguer sur le regain de puissance autoritaire dont bénéficie en ce moment l’Etat chinois. De fait, tout se passe comme si le virus venait à point nommé conforter le communisme officiel. Ce qui est ennuyeux est que de cette manière le contenu du mot «communisme» ne cesse pas de se brouiller – alors même qu’il était déjà incertain.

Marx a écrit de manière très précise qu’avec la propriété privée, la propriété collective devait disparaître et que devait leur succéder ce qu’il nommait la «propriété individuelle». Par là il n’entendait pas les biens possédés par l’individu (c’est-à-dire la propriété privée), mais la possibilité pour l’individu de devenir proprement lui-même. On pourrait dire : de se réaliser. Marx n’a pas eu le temps ni les moyens d’aller plus loin dans cette pensée. Au moins pouvons-nous reconnaître qu’elle seule ouvre une perspective convaincante – même si très indéterminée – à un propos «communiste». «Se réaliser», ce n’est pas acquérir des biens matériels ou symboliques : c’est devenir réel, effectif, c’est exister de manière unique.

C’est alors la seconde acception de communovirus qui doit nous retenir. De fait, le virus nous communise. Il nous met sur un pied d’égalité (pour le dire vite) et nous rassemble dans la nécessité de faire front ensemble. Que cela doive passer par l’isolement de chacun n’est qu’une façon paradoxale de nous donner à éprouver notre communauté. On ne peut être unique qu’entre tous. C’est ce qui fait notre plus intime communauté : le sens partagé de nos unicités.

Aujourd’hui, et de toutes les manières, la coappartenance, l’interdépendance, la solidarité se rappellent à nous. Les témoignages et les initiatives dans ce sens surgissent de toutes parts. En y ajoutant la diminution de la pollution atmosphérique due à la réduction des transports et des industries, on obtient même un enchantement anticipé de certains qui croient déjà venu le bouleversement du techno-capitalisme. Ne boudons pas une euphorie fragile – mais demandons-nous quand même jusqu’où nous pénétrons mieux la nature de notre communauté.

On appelle aux solidarités, on en active plusieurs, mais globalement, c’est l’attente de la providence étatique – celle-là même qu’Emmanuel Macron a saisi l’occasion de célébrer – qui domine le paysage médiatique. Au lieu de nous confiner nous-mêmes, nous nous sentons d’abord confinés par force, fût-elle providentielle. Nous ressentons l’isolement comme une privation alors qu’il est une protection.

En un sens, c’est une excellente séance de rattrapage : il est vrai que nous ne sommes pas des animaux solitaires. Il est vrai que nous avons besoin de nous rencontrer, de prendre un verre et de faire des visites. Au reste, la brusque augmentation des coups de fil, des mails et autres flux sociaux manifeste des besoins pressants, une crainte de perdre le contact.

Sommes-nous pour autant mieux à même de penser cette communauté ? Il est à craindre que le virus en reste le principal représentant. Il est à craindre qu’entre le modèle de la surveillance et celui de la providence, nous restions livrés au seul virus en guise de bien commun.

Alors nous ne progresserons pas dans la compréhension de ce que pourrait être le dépassement des propriétés tant collectives que privées. C’est-à-dire le dépassement de la propriété en général et pour autant qu’elle désigne la possession d’un objet par un sujet. Le propre de l’«individu» pour parler comme Marx, c’est d’être incomparable, incommensurable et inassimilable – y compris à lui-même. Ce n’est pas de posséder des «biens». C’est d’être une possibilité de réalisation unique, exclusive et dont l’unicité exclusive ne se réalise, par définition, qu’entre tous et avec tous – contre tous aussi bien ou malgré tous mais toujours dans le rapport et l’échange (la communication). Il s’agit là d’une «valeur» qui n’est ni celle de l’équivalent général (l’argent) ni donc non plus celle d’une «survaleur» extorquée mais d’une valeur qui ne se mesure d’aucune façon.

Sommes-nous capables de penser de manière aussi difficile – et même vertigineuse ? Il est bien que le communovirus nous oblige à nous interroger ainsi. Car c’est à cette seule condition qu’il vaut la peine, au fond, de s’employer à le supprimer. Sinon nous nous retrouverons au même point. Nous serons soulagés mais nous pourrons nous préparer à d’autres pandémies.

Jean-Luc Nancy philosophe

Libération, 24 mars 2020

Published by I.S.A.P. - ISSN 2284-1059