Addendum to “Cent ans de ‘Psychology des foules et Analyse du Moi’” (S. Benvenuto)[en Français]

www.massenpsychologie.com

Addendum to the text: S. Benvenuto: “100 years of “Group Psychology and the Analysis of the Ego”, https://www.journal-psychoanalysis.eu/category/ejp/number-14-20202/one-hundred-years-of-group-psychology-and-analysis-of-the-ego-sergio-benvenuto/

 

En réponse à l’intervention de Jean-Luc Nancy, “Nostalgie du père”,  https://www.journal-psychoanalysis.eu/nostalgie-du-pere/

 

Dans le texte de son intervention qu’il lira au Webinar du 23 avril 2021, Jean-Luc Nancy écrit que toute société est essentiellement anarchique.  Cela peut paraitre le contraire de ce que j’affirme dans mon texte, pour la même rencontre en ligne: je dis que, selon Freud, toute Masse, toute association, est fasciste. Mais franchement, je ne trouve pas contradictoires les deux affirmations.  Elles me semblent vraies à deux niveaux différents.

Nancy reprend de Freud l’idée que toute société est le produit de l’élimination d’un padre-padrone, comme nous disons en italien, d’un père-maitre, et donc en ce sens elle est anarchique.  Mais nous savons bien qu’en pratique les sociétés ne sont jamais anarchiques, elles sont toutes, de quelque façon, répressives, plus ou moins.  Justement parce que le père-maître n’est plus, il faut à chaque fois identifier un Führer qui en prenne la place béante.  Justement parce que parmi les primats supérieurs il n’y a aucun dominateur transcendant, qu’un mâle alpha réussira à dominer, en accaparant pour lui-même toutes les meilleures femelles et en se faisant craindre par les autres mâles.  Bref, il ne suffit pas que quelqu’un soit “en soi-même” un chef ou un souverain, il faut que ce chef ou souverain gagne sa position de primauté en se proposant comme leader de la masse, en somme, en se faisant aimer par elle.  Le Führer freudien est tout d’abord un meneur aimé.  Et en fait, dans la plupart des cas, les leaders fascistes ont été démocratiquement élus :en 1923 en Italie, en 1933 en Allemagne… et plus récemment en Hongrie, en Russie, au Brésil….

Dans le film Salò-Sade de Pasolini, un des protagonistes, un chef fasciste sadique, dit bien: “Les véritables anarchistes c’est nous, les fascistes… “

______

 

19/03/2021

 

Published by I.S.A.P. - ISSN 2284-1059